× Search

Pourquoi est-il essentiel de former à la construction hors-site et industrialisée ?

Published 15th Sep 21 - by olivier

Se former à la construction industrialisée hors-site pour répondre aux enjeux climatiques.

Pourquoi l’univers de la construction doit il se remettre en cause ?

Il arrive un jour ou des choses désagréables doivent être dites et surtout entendues. Le GIEC et la presque totalité des scientifiques sont unanimes, si nous ne changeons pas nos comportements extrêmement rapidement notre avenir et celui de l’espèce humaine en général sera extrêmement sombre. Comme certain(e)s l’ont déjà annoncé la planète nous survivra, en ce qui nous concerne c’est moins sûr.

Catastrophisme me direz-vous ? Peut-être, mais la question demeure, que faisons-nous pour limiter les impacts du dérèglement climatique ? Pas question ici d’annoncer la découverte subite d’une technologie qui serait une panacée capable de sauver notre monde, mais plus modestement d’apporter notre pierre dans notre secteur d’activité.

A l’échelle planétaire, le bâtiment au sens large du terme représente 38% des gaz à effet de serre liés à l’activité humaine, il est urgent d’agir pour réduire drastiquement ces volumes et le plus vite possible.

La RE2020 est une première réponse, en prônant la mise en œuvre des matériaux biosourcés et en introduisant la notion d’efficacité énergétique globale d’une construction, mais jouer sur les composants ne suffira pas. Les méthodes de conception et de production du bâti, la prise en compte des usages, de la maintenance et de la fin de vie sont également des points incontournables. Le temps ou la réponse unique était : « je coule du béton sur le chantier, j’y ajoute le confort moderne et la climatisation » est définitivement révolue. Dans un monde en contraction la recherche de l’efficience dans l’acte de construire n’est plus une option.

La rénovation énergétique du parc bâti est également concernée par les besoins de formation

Cette nécessaire évolution des méthodes concerne aussi les besoins de rénovations énergétiques du parc existant. Au moment où nous rédigeons ce billet de blog, nous réalisons environ 10 rénovations d’appartements par jour, à ce rythme il faudrait plus d’un siècle pour rénover l’intégralité du parc français ! Inutile de dire que nous sommes très loin du compte, pour atteindre l’objectif de neutralité carbone en 2030, il faut multiplier les mises en chantier par plus de 100 !

Inutile d’être grand clerc pour comprendre que nous ne sommes pas sur le bon rythme. Dans le même temps nous faisons face à une disparition de la main d’œuvre qualifiée. Quelles solutions sinon le recours aux méthodes industrielles et à l’innovation pour massifier les chantiers de rénovation partout où cela est possible.

Quels sont les besoins de formation pour répondre aux enjeux climatiques ?

Les besoins sont considérables et très divers. Au sortir de la seconde guerre, l’usage du bêton et d’une forme de préfabrication de faible qualité se sont généralisés, il fallait construire vite et beaucoup. La forme n’avait que peu d’importance, ce qui a provoqué un rejet de la population dans les années 80. A partir de là nous avons décrété que les bâtiments devaient tous être des objets uniques, des prototypes, la construction a alors donné une place prépondérante au chantier. Depuis toute la culture de la construction et du bâtiment s’est focalisée sur le chantier. Le changement le plus important car il concerne les décideurs est donc le changement culturel, c’est également un des plus ardus.

Si le besoin d’acculturation est considérable il n’est pas le seul. La vidéo ci-dessous, enregistrée sur Batiradio, tente d’apporter des réponses quant aux besoins de formation qui sont nécessaires pour faire enfin basculer les secteurs de la construction et de la rénovation vers les nouvelles méthodes de construction, plus modernes, plus propres et beaucoup plus efficientes.