× Search

Les petits génies du modulaire, Episode 1

Published 26th Juil 21 - by frederiquejosse

LES PETITS GÉNIES DU MODULAIRE : PORTRAIT DE CYRIL MOUSSARD, PDG DE MODULEM

Quels sont les secrets des success story du modulaire à la française ? Cet été, le campus HORS SITE vous propose deux portraits de sociétés inspirantes et innovantes, qui ont investi et réussi, dans ce secteur en pleine mutation. Pour démarrer cette saga de l’été, focus sur Cyril Moussard, PDG de Modulem.

portrait de Cyril Moussard, PDG de la société de construction modulaire Module M

Cyril Moussard, 47 ans, PDG de ModuleM, constructeur de bâtiments modulaires Hors-Site et sur mesure dans la région toulousaine.

Sur le papier, rien ne prédestinait Cyril Moussard à percer dans le modulaire… Ce paysagiste de formation évolue dans la création de pelouses synthétiques destinées aux stades et aux grands espaces verts, dans le quart sud-est de la France. C’est un concours de circonstances qui le pousse, dans les années 2000, à concevoir son tout premier vestiaire sportif hors-site. Une mairie avec laquelle il travaille depuis longtemps cherche, en vain, un constructeur. L’appel d’offre ne trouve pas preneur… Alors, face à l’urgence de livraison, le jeune paysagiste se lance ce défi avec succès, en s’entourant de partenaires dissociés et de qualité. Cinq ans plus tard, face à une importante demande, il créé Valorisport, une société qui commercialise des vestiaires modulaires en Ossature métallique, bois ou béton. Mais les municipalités de l’agglomération toulousaine, attirés par ses produits rapidement livrés et d’excellente qualité, lui commandent bientôt des écoles, des crèches… Avec une rapide montée en puissance, le jeune autodidacte densifie dès 2008 ses partenaires.

 

Un collège d’experts pour « créer le module parfait »

 

Parce qu’il ne vient pas du sérail, Cyril Moussard est particulièrement attentif aux attentes des maîtres d’ouvrages. Il sait que « si le modulaire est très consommé pour sa rapidité d’exécution et sa simplicité, en termes de qualité, on peut parfois rester un peu sur sa faim ». C’est précisément l’écueil qu’il veut éviter. Il veut casser la mauvaise image que peut encore avoir le modulaire dans sa région. Alors en 2010, il monte un collège d’experts, réunissant un bureau de contrôle, un maître d’ouvrages, un maitre d’œuvres et un bureau d’études. L’objectif ? « Partir d’une feuille blanche, pour créer le module parfait ». Les maitres d’ouvrages rêvent « de faire du modulaire qui n’y ressemble pas ». Les architectes souhaitent « s’affranchir de la trame imposée ». Le bureau d’étude veut s’assurer d’une parfaite conformité thermique et structurelle. De toutes ces réflexions, naît un cahier des charges, une sorte de recette modulaire, que Cyril présente à ses partenaires industriels pour étudier leur faisabilité pratique. Ensemble, ils créent un module intégrant toutes ces préconisations et capable de subir des modifications. Malheureusement, ce partenaire, qui vient d’être racheté, s’effondre 8 mois plus tard. Pour finaliser les chantiers déjà entamés, Cyril passe d’entreprise commerciale à industrielle en créant ModuleM en décembre 2012… en seulement 48h00 ! Son premier atelier de 700 mètres carrés s’articule autour de 5 salariés. Le produit, qualitatif, répondant à une vraie demande, séduit beaucoup. Trois ans plus tard, l’usine double de volume. Puis 6 mois plus tard, rebelote, pour atteindre les 5000 mètres carrés en 2019.

photo d'illustration du levage et de la pose d'un module de la société ModuleM avec une grue.

« Quand vous n’êtes pas sachant, vous êtes humble, à l’écoute de votre environnement »

Spécialisé dans les structures mixtes métal/bois/béton, Cyril Moussard propose aujourd’hui un prototype « et non un module unique », pour un marché de niche. Ses modules s’adaptent aux projets dessinés par les architectes. C’est cette liberté qui séduit, ainsi que l’intégration d’une approche biosourcée, géosourcée, avec du bois récupéré à moins de 100 km et des matières premières locales, comme le béton de chanvre, la paille, le zinc, autant de « produits nobles dont les savoir-faire ont été oubliés ». La recette du succès, selon ce toulousain d’origine ? Certainement son inexpérience de départ ! « Quand vous n’avez pas les compétences ou la formation, vous vous entourez au mieux, vous êtes à l’écoute des attentes. Vous n’êtes pas sachant mais vous êtes humble. Et je pense que ce qui a marché, dans mon parcours, c’est d’associer les compétences artisanales et industrielles ». Pour offrir cette qualité, le chef d’entreprise s’est entouré de profils experts issus de tous les corps de métiers de la filière et notamment de nombreux compagnons du devoir.

 

Dragué par les bailleurs sociaux

 

 Aujourd’hui, sa société s’articule principalement autour d’activités tertiaires (crèches, vestiaires, bureaux) et, de manière plus confidentielle, de maisons individuelles. De plus en plus sollicitée sur ce terrain, notamment par les bailleurs sociaux, la société ModuleM a récemment recréé un collège d’experts pour réfléchir au modèle parfait adapté au logement. Innovation oblige, l’intelligence artificielle et la domotique sont à la table des convives, dans l’optique de créer des maisons « les plus autonomes et passives possibles ». Face à tous ces beaux projets, Cyril Moussard ne peut que remarquer l’évolution, outre des demandes, mais surtout de l’image que renvoie le hors-site, passé du container peu sexy à de très belles références, en France comme à l’étranger. « Notre secteur en pleine effervescence attire beaucoup, y compris les bailleurs, car il apparaît comme LA solution pour garantir la qualité avec des niveaux de prix raisonnables ou compétitifs. Les relations avec les bureaux de contrôle se sont démocratisées, on sent un réel engouement, surtout pour le bois, notamment pour répondre aux enjeux de la RE2020 ». Reste, s’amuse-t-il, à restaurer l’image des autres matériaux, face au géant du béton, qui risque d’être longtemps perçu comme « l’indestructible brique des trois petits cochons ! ».

Le questionnaire de Proust

Que préférez-vous vous dans votre métier ?

La création et l’humain.

 

Le projet dont vous êtes le plus fier ?

Mon premier bâtiment en béton de chanvre, qui s’inspire de méthodes ancestrales oubliées. Elle pourrait constituer la solution de demain si l’on mêle intelligemment artisanat et industrie.

 

Quel est votre rêve ?

Que le modulaire se démocratise et que nous poursuivions notre démarche d’innovation et de développement pour recruter et nous développer. Et, qui sait, pourquoi pas créer un « livre de recettes ModuleM » pour essaimer sur le territoire ?

 

Quelles qualités faut-il pour réussir dans le modulaire ?

La curiosité, l’envie de bien faire et de protéger la planète, une véritable volonté, une exigence.

Article par Frédérique Josse